Connect with us

INNOVATORS VS COVID-19

Armel FOTSO, Le Nouveau Country Manager de Foster and Partners CMR fait le point sur le soutien de F&P aux entreprises et aux CTD en ces temps de crise

Publié

-

Armel FOTSO FOSTER PARTNERS

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Armel FOTSO : Personnellement je vais bien. On a été assez inquiet lors de la première vague de l’épidémie.  C’était une période d’anxiété généralisée quasi pathologique. Mais aujourd’hui cava plutôt bien psychologiquement notamment. Tout le monde a appris à vivre avec la présence de cette maladie. Même si il serait hasardeux de l’ignorer et de faire comme si elle avait disparu.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez rejoint FOSTER & PARTNERS 

Armel FOTSO : Je suis un juriste d’entreprise avec une spécialisation dans les investissements et un certain accent depuis quelques temps sur la technologie. Sur le plan académique je suis passé par plusieurs universités et écoles. La Faculté de Droit de l’université de Dschang, l’université catholique d’Afrique centrale (UCAC), l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) et l’Université de Paris Poitiers. J’ai un cursus de juriste d’affaire et de juriste internationaliste, avec un complément en intelligence économique. Avec mon intérêt particulier pour l’analyse économique du droit, qui est une discipline qui n’est presque pas connue en Afrique, je m’amuse souvent à dire que je suis certainement un des plus économiste des juristes camerounais (rire). Ma carrière a beaucoup tourné autour de l’agroalimentaire et de la technologie, avec des passages dans des boites comme Guinnes Cameroun ou encore plus récemment Jumia, dont j’étais le directeur juridique jusqu’à l’arrêt des activités en Afrique centrale. C’est à mon départ de Jumia que j’ai reçue l’offre de rejoindre l’équipe du Cabinet Foster and Partners qui s’installait au Cameroun. J’ai tout de suite été séduit par la vision de ce Cabinet qui est vraiment très différent des autres et je me suis assez naturellement engagé, même si j’avais d’autres offres très intéressantes aussi dont je remercie d’ailleurs les entreprises initiatrices.

Comment FOSTER & PARTNERS innove-t-elle?

Armel FOTSO : Alors, comme je vous le disais, c’est un Cabinet qui a une approche assez particulière du conseil. Les axes de travail de F&P, ainsi que les objectifs opérationnels sont assez particuliers. Nous avons deux grands secteurs d’intervention : le soutien aux PME (avec un regard particulier sur les startups à très fort potentiel) à travers notre External Legal Department, qui est une innovation 100% F&P. nous sommes partis du constat, sur la base de nombreuses études réalisées par des organisations internationales, que les PME rencontrent un certain nombre de difficultés qui sont liées souvent au fait que dans leur structure, elles ne disposent pas d’une expertise juridique. La raison mise en avant par les chefs d’entreprise souvent étant le coût d’acquisition d’une équipe juridique digne d’intérêt. Notre ELD est donc un service qui externalise la fonction de Legal officer, mais qui interagit avec l’entreprise exactement comme si elle avait constitué un Département juridique en interne, et ce à des tarifs plus que abordables. Nous croyons également en la nécessité de moderniser rapidement nos PME. C’est une urgence avec l’entrée en vigueur progressive de l’Accord de partenariat économique avec l’Union européenne, et du Traité de libre-échange continental, ZLECAF. Cette ouverture de marché est à la fois une niche incroyable d’opportunités pour nos PME, et un facteur de risque important qui pèse sur elles. Il faudra qu’elles soient équipées pour affronter la concurrence d’entreprises souvent mieux loties sur le plan stratégique, humain, financier etc. nous travaillons actuellement avec des organismes internationaux à mettre sur pied un programme de soutien au secteur privé qui permettra de renforcer les capacités des PME. Pour en dire un petit mot, le programme comprendra par exemple la possibilité d’emprunter à de très faibles taux pour soutenir des efforts d’investissement etc. je n’en dirai pas plus pour l’instant, mais le programme est conçu pour rendre véritablement les entreprises plus à même d’entrer dans cette nouvelle ère de multilatéralisation. C’est à travers notre service d’external legal department que tout cela sera implémenté dans les entreprises.

A côté de la modernisation des PME, F&P a fortement innové en mettant sur pied le premier service d’expertise d’appuis au développement local. En ces temps d’effort de décentralisation, nous pensons qu’il ne sert pas à grand-chose de renvoyer des compétences vers les Collectivités territoriales si elles ne savent pas comment s’en servir. Notre idée c’est de prendre en charge des pans entiers du développement local, d’accompagner les CTD aussi bien dans la conception de leurs plans de développement que dans le déploiement de la stratégie pour y parvenir. Nous misons sur un développement qui tienne compte des forces et des faiblesses des territoires. En bref nous allons y donner tout son sens à l’intelligence économique appliquée au développement des territoires. C’est une innovation majeure que nous sommes fiers de porter.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté FOSTER & PARTNERS et comment gérez-vous cette crise?

Armel FOTSO : La pandémie a causé un ralentissement général de l’économie. Pas seulement au Cameroun mais à l’échèle mondiale. C’est vrai qu’il est assez rassurant de voir que la croissance demeure et qu’assez peu de pays en Afrique finalement entreront en récession, mais la situation macro et micro- économique est très préoccupante. Au Cameroun, déjà avant la crise sanitaire, on était dans une sorte de zone d’inconfort et de quasi crise économique. Entre la crise des devises, l’impact économique des premières mesures de lutte contre la pandémie, les fermetures d’entreprise qui s’enchainent, où les licenciements pour motif économique, la situation économique incite plus à l’inquiétude qu’à la fête. Au mois de Mai, dans une interview chez vos confrères du magazine Chine Nouvelle, je mettais déjà en garde contre la possibilité qu’une crise économique succède à la crise sanitaire. Je pense que le gouvernement fait beaucoup d’effort, mais il faut des mesures plus vigoureuses pour relancer l’économie de façon globale. Vous imaginez aisément que dans un contexte économique tristounet, un Cabinet qui propose notamment aux entreprises de penser à plus long terme puisse rencontrer quelques difficultés. Heureusement il y a de plus en plus de dirigeants de PME qui ont en vision de construire des entreprises qui s’inscriront dans le temps. Ce n’était pas vraiment le cas jusqu’à une certaine époque.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises?

Armel FOTSO : Nous avons dû revoir notre plan de croissance sur les 3 prochaines années. Je ne peux pas en dire plus mais oui dans ce type de situation vous devez forcément revoir vos prévisions. De ce type d’expérience on ressort plus résilient (rire). c’est difficile de piloter un Cabinet comme le nôtre dans ce contexte, mais voilà on est plus résilient.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et FOSTER & PARTNERS dans le futur?

Armel FOTSO : Du café ! (rire), oui du café et encore du café. J’en bois un peu trop je pense. En tout cas c’est l’avis de mon médecin d’épouse. Mais c’est ma façon de me poser et de garder l’esprit froid, malgré la chaleur du café (rire). non plus sérieusement, je ne suis pas quelqu’un de particulièrement stressé ou stressant même. J’encaisse assez facilement. C’est difficile comme je l’ai dit de piloter une boite dans ce contexte et il faut avoir les nerfs bien en place lorsque vous regardez parfois vos tableaux d’évaluation des objectifs (rire). Mais je suis quelqu’un de très joyeux et lorsque je donne de la joie autour de moi ça aide à garder l’esprit frais pour trouver des idées pour avancer.

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Armel FOTSO : Bah comme je l’ai dit, nous avons des activités très innovantes, très particulières. Ça fait que nous avons essentiellement une concurrence indirecte. Et là il s’agit de tous les cabinets qui formulent des offres juridiques à l’attention des entreprises ou éventuellement des CTD. Mais j’aime insister sur le fait que ce sont des concurrents indirects.

Un mot de la fin ?

Armel FOTSO : Je vous remercie pour cette agréable discussion et j’espère que notre Afrique sortira renforcée de ces difficultés. Aujourd’hui on parle surtout de la Zone de libre-échange africaine. Elle fonde de grands espoir mais ces espoirs ne se réaliseront que si nous avons des PME compétitives. Autrement ce sera un fisaco indescriptible. Mais je suis assez optimiste et je crois en la capacité et en la vision des nouveaux dirigeants d’entreprises.

Votre site web ?

Armel FOTSO : www.fosterandp.com

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Top of the month