Connect with us

Actualité

Auto-entrepeneur, un statut toujours plébiscité par les créateurs d’entreprise en France

Publié

-

Entré en vigueur le 1er janvier 2009, le régime de l’auto-entrepreneur connaît un succès qui ne dément pas avec les années. Plus d’une création d’entreprise sur deux est désormais enregistrée sous ce statut et à la fin 2015, on dénombrait 1 012 000 auto-entrepreneurs. Aujourd’hui, les auto-entrepreneurs sont des acteurs à part entière de l’économie française : 19% des Français et 27% des dirigeants d’entreprises ont déjà fait appel à leurs services.

Qui sont-ils ?

De nouveaux profils de créateurs ont émergé, avec le nouveau régime d’auto-entrepreneur. Ainsi, dans le cadre d’une activité de complément, les salariés, retraités ou étudiants sont à l’origine d’un cas sur trois de création d’entreprise sous ce régime. Par ailleurs, d’autres créateurs qui autrefois étaient rebutés par les démarches complexes de création classique ont saisi l’opportunité du régime simplifié de l’auto-entreprise pour se lancer dans l’entreprenariat en tant qu’activité principale. Toutefois, le revenu moyen mensuel déclaré en 2013 s’élevait à 440 euros, et trois ans après la création, seuls 30 % des auto-entrepreneurs se déclarent encore actifs.

autoentrepreneur

Les avantages administratifs, sociaux et fiscaux du régime auto-entrepreneur

En plus de formalités simplifiées de création et de cessation d’activité, le régime auto-entrepreneur est plébiscité pour ces obligations comptables réduites (franchise de TVA, pas de compte de résultat ni de bilan à établir en fin d’année), des modalités de calcul et de règlement des cotisations sociales très simplifiées (zéro cotisation en l’absence de CA) et la possibilité d’opter pour le versement fiscal libératoire. Ainsi, l’auto-entrepreneur peut savoir exactement ce qu’il lui restera en trésorerie à la fin du mois ou du trimestre.

Les dernières actualités

Depuis le 1er janvier 2016, on parle désormais du micro-entrepreneur au lieu d’auto-entrepreneur. Cette évolution résulte de la loi Pinel du 18 juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et aux TPE,  qui instaure un régime simplifié unique de la micro-entreprise avec la fusion des régimes du micro-social et du micro-fiscal.

D’autres petits changements apportés au dispositif en début d’année :

  • Immatriculation désormais obligatoire au répertoire des métiers ou au registre du commerce
  • Légère augmentation des cotisations sociales
  • Paiement de la cotisation foncière des entreprises par tous les micro-entrepreneurs
  • Ouverture obligatoire d’un compte bancaire dédié à l’activité
  • Stage de préparation à l’installation obligatoire pour les artisans
  • Possibilité de versement d’une cotisation minimale pour les micro-entrepreneurs qui le souhaitent afin de valider davantage de trimestres pour la retraite

Si vous voulez vous lancer, en toute indépendance, dans une petite activité à forte valeur ajoutée réclamant peu d’investissements et de stocks, et ne présentant pas de risques singuliers, le statut de micro-entrepreneur peut alors vous convenir parfaitement.

Pour en savoir plus :  site www.portail-autoentrepreneur.fr