Connect with us

Bien-être

SJR Paris se spécialise dans la recherche de matières premières cosmétiques 100% françaises

brunella emmanuelli sjr

Brunella Emmanuelli, Co CEO de SJR Paris nous parle de leur marque spécialisée dans la recherche de matières premières cosmétiques 100% françaises.

 

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Brunella Emmanuelli : Bonjour, je vais bien. Je vous remercie.

Ma famille va bien aussi.  Je suis très famille et ils sont un pilier indissociable de mon bien-être.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint SJR

Brunella Emmanuelli : J’ai eu 30 ans il y a quelques jours et j’ai rejoint et commencé la co-création de SJR à 20 ans ! Le fait de l’écrire me fait réaliser le temps qui passe et c’est incroyable.

Je n’étais pas du tout prédestiné à ce type de carrière, car je viens du secteur d’activité sportif. J’aurais beaucoup aimé continuer dans le domaine mais au cours de mes études supérieures, j’ai dû faire un choix et me suis orientée en médecine et recherche médicale (physiopathologie) ça n’a pas duré longtemps, mais c’était passionnant.

Ma mère m’a proposé une collaboration avec SJR qui devait être pour elle l’occasion de se relancer en tant que créatrice après la vente de sa première marque à succès, mais qui touchait aussi à ma propre histoire, car la politique de SJR dès le début était de formuler des produits du quotidien avec une charte de qualité très strict plus que du Bio, du sans perturbateurs endocriniens qui faisait référence à des soucis de santé que j’ai accumulé dans ma jeunesse et qui m’ont obligé à adopter une hygiene de vie sur tout ce que je devais porter  et utiliser, pour protéger mon système hormonal et immunitaire des agents nocifs présents dans tous les produits cosmétiques dont nous nous servons .

J’ai pendant longtemps hésité, à 20 ans après des études très sérieuses, on n’a pas l’automatisme de se lancer dans l’entrepreneuriat avec joie, mais mon entourage m’a largement rassuré sur ma capacité et nous avons sauté le pas ensemble. Les débuts de SJR ont largement été dirigés par ma mère, car je suis partie à New York pour continuer mes études.

Comment SJR innove-t-elle?

Brunella Emmanuelli : Il y a 10 ans nous étions très peu nombreux comme laboratoires sur le secteur des cosmétiques sans perturbateurs endocriniens. Nous avons largement eu le temps d’acquérir de l’expérience avec une équipe extraordinaire que je considère comme des chercheurs de pointe en formulation et en sourcing de matières premières. C’est très discret, car c’est un véritable travail de fond et de longue haleine au sein du laboratoire, mais voilà comment nous innovons avec des principes actifs peu ou complètement méconnus du monde des cosmétiques capillaires, mais aux bienfaits véritables. Savoir les trouver, les travailler et les conseiller nous permet d’innover et d’agrandir la famille des cosmétiques et capillaires sans perturbateurs endocriniens et de pouvoir petit à petit répondre à tous les besoins.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté SJR et comment gérez-vous cette crise?

Brunella Emmanuelli :  SJR comme beaucoup d’entreprises a été touchée de plein fouet sur plusieurs plans.
Nous travaillons avec un réseau de plusieurs centaines de Pharmacies, Para Pharmacies avec qui nous sommes partenaires dans la distribution de nos produits. Pour certaines la crise économique a démarré très tôt et nous avons été l’un des dommages collatéraux de leurs difficultés mais si je devais sortir un aspect très positif de la Pandémie c’est souvent en cas de crises que nous découvrons certains profils qui se révèlent comme de véritable soutien et leader et ce sont des gens indispensables pour avancer.
2020 était pour nous une année de développement export avec notre ouverture à New York qui était l’un des rêves de ma vie et qui à 24h d’un confinement général à du s’annuler, je l’ai vécu comme un véritable deuil mais je rebondis très vite et ma ligne de mire reste New Yorkaise 2020 n’est pas terminée et je compte bien faire mon retour rapidement dans la grande pomme.

La Pandémie COVID 19 nous a appris à nous remettre en question et nous adapter, nous nous fournissons beaucoup à l’étranger pour nos matières premières cosmétiques et depuis plusieurs mois et avec une grande fierté nous re localisons plusieurs de nos fournisseurs en France et dans nos îles des Dom Tom.

Un soutien économique indéniable, mais aussi parce que nous réalisons le besoin d’acheter et de consommer Français, c’est un axe que nous allons développer quotidiennement chez SJR même si depuis 10 ans nos laboratoires et chaînes de production et fabrication sont exclusivement françaises.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises?

Brunella Emmanuelli : Nous n’avons pas eu de choix difficiles à faire, SJR est un enfant commun que nous avons ma mère et moi, notre sens du sacrifice a été naturel.

Comme vous protégeriez votre enfant, nous avons fait la même chose pour notre entreprise en changeant des stratégies, mais sans que l’humain soit impacté sans que la qualité de nos produits soit diminuée.

Les leçons apprises sont plus personnelles, je ne pense pas avoir vécu le COVID comme la majeure partie des gens.

J’ai très certainement été une piètre amie du confinement avec 0 apéro en visio à mon actif, mais je ne le regrette pas. Il fallait apprendre à gérer business et émotions il reste encore du travail, mais pour le moment le cap a été maintenu.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et SJR dans le futur?

Brunella Emmanuelli : TRÈS MAL ! Je suis d’une nature stressée anxieuse et rajoutons à cela nerveuse et vous obtenez le parcours du combattant. Je n’ai aucune idée de comment, je l’ai géré pendant le confinement et je ne sais pas non plus comment je continue de le gérer actuellement, mais il y a des gens autour de moi qui ont largement leur part de responsabilité dans l’énergie qu’il me faut déployer chaque jour, ils sont les pièces d’un puzzle qu’il faut quotidiennement reconstruire.

L’humain n’a jamais autant été mis en avant pendant la pandémie. Il est réel et nécessaire en gestion de crise. SJR ne se projette pas à très long terme pour le moment. Nous priorisons plutôt la reprise des projets retardés pendant le confinement, car c’est des projets qui nous tiennent à cœur, certains participent à de belles collaborations et de belles histoires. En ce qui me concerne, je me projette complètement à New York, notre histoire n’est pas terminée. La pandémie a fait naître d’autres idées de projets pour SJR, mais aussi dans d’autres domaines. Les crises économiques sont très souvent des viviers à bonnes idées alors souhaitez moi bonne chance !

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Brunella Emmanuelli : Depuis plusieurs années maintenant de nombreuses marques et laboratoires ont pris le pli de la formulation saine avec moins d’agents chimiques et nocifs.

Je ne les vois pas du tout comme des concurrents même si certains ne sont positionné sur un secteur identique au notre. J’aimerais que ceux qui ne nous connaissent pas retiennent avant tout que nous ne sommes pas seulement une marque Beauté.

Oui, nous avons des produits qui reprennent notre politique de formulation saine avec des principes actifs efficaces.
Mais nous sommes avant tout un laboratoire et surtout nous avons à cœur de changer les comportements dans notre domaine.
La vraie réussite, elle est là. Quand des marques qui formulaient des produits pour femmes enceintes ou pour enfants avec des agents cancérigènes se reprennent même plusieurs années après pour formuler mieux alors c’est tout ce qui compte pour nous.

Ces dernières années, on s’est démarqué grâce à des pôles de d’informations et formations sur l’utilisation des cosmétiques à risques justement et sensibiliser sur les agents nocifs de plus en plus dangereux pour la santé

Un mot de la fin ?

Brunella Emmanuelli : Merci, à vous pour l’interview et pour donner un peu de lumière sur ce que vivent les entrepreneurs et leurs entreprises.

Mais surtout MERCI à ceux qui vont lire cette ITW ceux qui vont se reconnaître dans la reconstruction du Puzzle ceux à qui je dois beaucoup pour le soutien pour le partage d’expérience et pour l’humain. Et enfin, un mot pour tous les entrepreneurs les artisans, les salariés et les patrons, mais aussi et surtout les soignants ect… Pour tous ceux qui font des sacrifices ceux chez qui le COVID a impacté des familles par des inquiétudes quotidiennes et des drames.

Rester en bonne santé est devenu une priorité, mais n’oublions pas que la santé de notre pays, c’est également son économie.

Votre site web ?

www.sandrinejeannerose.fr

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Publicité

Contacter les startups

Publicité

Top 9 of the month