Blog

Eric LEANDRI, PDG et co-fondateur de QWANT, revient sur la création de ce moteur de recherche français

Écrit par Anna BOCHKAREVA

La semaine dernière, Qwant a annoncé une levée de fonds de 18,5 millions d’euros auprès de la Caisse des Dépôts et d’Axel Springer SE. Bonjour Idée a eu l’occasion d’échanger avec son co-fondateur Eric LEANDRI lors de la cérémonie de remise de prix du concours Startup Africaine de l’année 2017. Nous avons échangé sur la création de ce moteur de recherche français, ses objectifs et ses engagements.

Lancer une alternative à google est un objectif assez ambitieux. Comment avez-vous eu cette idée ?

En 2011, nous nous sommes réunis avec deux autres cofondateurs, Jean-Manuel ROZAN et Patrick CONSTANT autour d’un constat : Google a changé et a notamment commencé à mettre en avant ses propres services dans les résultats de recherches et à tracer l’activité des internautes à travers le Web. Ceci ne correspondait pas à ce que nous attendions d’un moteur de recherche. Nous avons donc décidé de créer un moteur de recherche qui ne trace pas les gens, qui respecte leur anonymat et qui donne des résultats impartiaux à la fois sur le web et le web social. L’idée était aussi de créer un moteur de recherche panoramique qui scanne tout ce qui existe sur internet, ce que ne faisaient pas les autres moteurs de l’époque.

Quelles sont les convictions qui vous poussent à croire que Qwant fera réellement concurrence à google ? Que proposez-vous de plus ?

Tout ce que nous souhaitons, c’est être une alternative. La question qui nous préoccupe est donc « existe-t-il des gens qui souhaitent chercher sur internet sans être eux-même un sujet de recherche, sans être trackés et sans être envahi par la publicité ? Tout ça, sans que je puisse connaitre leur position politique, leur orientation sexuelle, leur emploi ? ». Si ce type de personnes existent, alors elles chercheront un moteur de recherche respectueux. Dans la vie de tous les jours, si vous avez besoin de 15 minutes de vie privée, vous pouvez le faire en rentrant chez vous et en fermant la porte. Sur internet, nous avons l’impression qu’aujourd’hui ceci n’est plus possible et que la vie privée est devenue une exception. L’objectif de Qwant est donc d’offrir cette possibilité et d’en refaire la règle. Nous ne cherchons donc pas à remplacer les géants, mais simplement à proposer une alternative pour 5 à 10% des gens qui souhaitent voir leur confidentialité respectée lorsqu’ils recherchent des informations sur Internet.

Quels résultats avez-vous déjà obtenu depuis le lancement de Qwant ?

Quand nous avons commencé, nous avions un million de visites par mois, puis deux millions la deuxième année, puis trois millions…pour arriver à plus de 30 millions de visites mensuelles aujourd’hui. Nous avons répondu à plus de 2,6 milliards de requêtes en 2016. Notre activité se développe très bien. Si vous nous comparez à Google, nous paraissons forcément petits. Néanmoins, nous sommes une des plus grosses startups françaises. Aujourd’hui, nous pouvons compter sur nos investisseurs et surtout nous continuons notre croissance, avec près de 20 à 30% de croissance par mois ! Nous avons également développé un moteur spécifique pour les enfants, « Qwant Junior » conçu pour protéger les enfants de la violence sur le web. Il est déjà utilisé par près de 2000 enfants dans les écoles. Nous avons aussi la volonté de déployer Qwant en Afrique et dans le monde.

Qwant fait partie des partenaires du concours Startup africaine de l’année, pourquoi cet engagement ?

Nous avons soutenu Bonjour Idée dans cette initiative dès la première édition française. En Afrique le concours prend encore plus d’ampleur, avec 44 pays et des centaines de startups participantes. A l’échelle d’un continent, l’impact est énorme. La cérémonie de remise de prix a eu un succès incroyable. Les objectifs de toutes les startups finalistes vont bien au delà de la logique de gagner de l’argent. Ils aident les populations africaines à changer leur quotidien : avoir accès à l’eau plus facilement, s’éduquer, obtenir de l’électricité… Ils contribuent tous à leur manière à l’essor du continent Africain ! Contrairement à ce qu’on peut voir dans d’autres concours de startups, ici les valeurs qui poussent à aller vers la croissance sont le partage, d’union et l’entraide.

 

A propos de l'auteur

Anna BOCHKAREVA

Laisser un commentaire