Connect with us

INNOVATORS VS COVID-19

Franklin Nyeki nous parle de Invictus&Co, un « startup Studio » qui transforme les idées prometteuses en startups

Publié

-

Franklin Nyeki Invictus

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Franklin Nyeki : Bonjour, je vais bien, ma famille aussi. Nous avons eu quelques cas de COVID, mais tout le monde est bien portant.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint Invictus

Franklin Nyeki : Franklin Nyeki, camerounais âgé de 35 ans. BizDev et Project Manager de formation, chef d’entreprise, basé à Yaounde.

L’essentiel de ma vie professionnelle rime avec entrepreneuriat. Des l’âge de 21 ans, j’ai créé mon entreprise, au fil du temps plusieurs autres projets sont nés.

En 2011, afin de disposer d’une structure légère à travers laquelle investir sans a priori de secteur, j’ai fondé Invictus&Co, un « startup Studio » qui transforme des idées prometteuses en startups, que nous gérons pour en accélérer le développement.

Comment Invictus innove-t-elle?

Franklin Nyeki : Invictus&Co est un « startup Studio ». La société innove déjà par ce point, elle n’est ni un incubateur, ni une société de capital-risque, mais tout juste une startup qui créée des startups.

Invictus&Co innove ensuite sur le plan de sa gouvernance. En effet le groupe repose sur la synergie entre ses différents associés.

Se concentrant chacun sur des compétences spécifiques et complémentaires, nous pilotons le portefeuille de marque au jour le jour.

Ensemble, nous jouons le rôle de « CEO » de toutes les filiales, chacune d’elle ayant une équipe technique ad-hoc qui pilote la partie technique, le métier même de la startup.

Nous innovons enfin sur le plan de la gestion du modèle économique. Le cœur de notre modèle c’est la Mutualisation de nos process, outils et ressources en une “plateforme” sur laquelle s’appuie le développement de chacune de nos filiales.

Nous mutualisons aussi les activités supports au sein de la maison mère, ainsi les filiales peuvent se concentrer sur leur métier de base.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté Invictus et comment gérez-vous cette crise?

Franklin Nyeki : Nous avons pris cette pandémie de plein fouet, perte de contrat, réduction des recettes, etc.
Les incertitudes qui ont frappé nos clients, a été contagieuse. Nous avons subi de plein fouet le ralentissement dû aux mesures de distanciation et de confinement.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises ?

Franklin Nyeki : Suite à la réduction drastique de nos activités, nous avons dû mettre une bonne partie de nos collaborateurs en chômage technique, et nous sommes passe en télétravail avec l’équipe réduite.

Il a fallu se réinventer, se remobiliser. Étant un groupe de startups, nous avons pu puiser dans l’ADN d’entreprise : agilité, réactivité.

Le télétravail est devenu notre mode de travail permanent. Ce qui colle avec l’internationalisation progressive de nos équipes.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et Invictus dans le futur?

Franklin Nyeki : Dans le classement Doing Business 2020 de la Banque Mondiale le Cameroun est 167e sur 190 pays… ça vous  indique suffisamment le niveau de résilience nécessaire pour faire des affaires ici, donc nous étions plutôt bien préparés à cet imprévu (rire).

Nos projections sont plutôt positives ou du moins placées sous le signe de la détermination.

Nous lançons une opération de levée de fonds (la 1ère de notre histoire) pour renforcer notre portefeuille de startups.

Nous constatons suffisamment de reprise dans les secteurs d’activités de nos principales startups, de plus nous avons identifiés des secteurs/niches qui résistent bien à cette crise ou qui en profitent.

Il y a donc du boulot. Nous avions entamé une expansion a plusieurs pays (Burundi, Ghana, France, USA) via des partenariats stratégiques, une fois de plus la pandémie a eu une action néfaste, notre principal objectif sera de poursuivre cette expansion.

Un mot de la fin ?

Franklin Nyeki : Le mot de fin sera juste : MERCI de l’honneur que vous faites à notre « petite grande entreprise ».

A titre personnel, je suis un fidèle de votre media depuis près de 10 ans, au point ou vous êtes un de mes onglets favoris dans Google Chrome. Donc merci

Votre site web ?

La maison mère n’a pas de site web, mais je vous donne les web sites de nos 2 principales marques :

www.consulteam.xyz

www.consultimmo.site

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Top of the month