Connect with us

INNOVATORS VS COVID-19

ScanWorld: de l’imagerie hyperspectrale au niveau global

Publié

-

Guerric de Crombrugghe Scan World

©Debby Termonia

Rencontre avec Guerric de Crombrugghe, Responsable de ScanWorld.

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Guerric de Crombrugghe : Je vais bien, merci. Ma famille est encore épargnée par la pandémie, nous avons beaucoup de chance.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint ScanWorld

Guerric de Crombrugghe : J’ai un parcours académique plutôt technique : diplôme d’ingénieur civil à l’Université Catholique de Louvain, spécialisation en aéronautique à l’Institut von Karman, doctorat à l’Université du Queensland, en Australie. J’ai ensuite travaillé dans plusieurs entreprises du secteur aérospatial, d’abord en gestion de projet, puis en business development. En parallèle, j’ai cultivé un grand intérêt pour l’entreprenariat, en essayant de monter plusieurs projets. L’un de ces projets m’a amené à discuter avec Thierry Du Pré-Werson, CEO de SPACEBEL, qui aurait pu devenir un partenaire. Malheureusement, ce projet n’a pas vu le jour. Quelques années plus tard, Thierry m’a recontacté car il créait une spin-off de SPACEBEL, et il cherchait quelqu’un pour porter le projet. C’était le début de l’aventure ScanWorld.

Comment ScanWorld innove-t-elle?

Guerric de Crombrugghe : ScanWorld est un outil pour aider à résoudre certains des grands problèmes auxquels l’humanité fait face, comme le changement climatique, la chute de biodiversité, ou encore la sécurité alimentaire.

Nous sommes un centre d’expertise en imagerie hyperspectrale en télédétection. Ce type d’image permet d’avoir accès à la nature chimique de l’objet observé, c’est-à-dire d’obtenir des informations invisibles à l’œil nu. Il est, par exemple, possible de quantifier la pollution autour des sites industriels, ou encore de détecter certaines maladies des végétaux quelques jours avant que les symptômes ne soient visibles.

Nous offrons aujourd’hui des services de consultance basés sur de l’imagerie satellite ou des campagnes aériennes dédiées. Nos clients peuvent être des responsables de ports, des opérateurs miniers, ou encore même des gestionnaires ou propriétaires de parcelles agricoles ou forestières. En parallèle, nous travaillons à la mise en place de notre propre constellation de satellites. Le premier élément sera en orbite en 2023.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté ScanWorld et comment gérez-vous cette crise?

Guerric de Crombrugghe : Nous sommes encore dans une phase de développement. Nous nous accommodons donc relativement bien du télétravail, avec une équipe partagée en Belgique et dans différents pays européens. Ceci dit, nos fournisseurs ont un peu plus de mal à suivre dans les discussions, par manque de ressources. Aussi, nos premiers contacts commerciaux sont efficaces mais sans doute un peu moins chaleureux – ce n’est pas aussi simple de créer du lien par écran interposé.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises?

Guerric de Crombrugghe : Dans le contexte de la pandémie ? Je ne sais pas si cette situation nous a réellement imposé des « choix difficiles ». Par contre, il y a clairement eu des complexités. Nous avons, par exemple, quelques stagiaires que nous avons dû prendre en télétravail complet. Non seulement parce que nous n’avons pas la place de les accueillir dans de bonnes conditions sanitaires, mais aussi parce qu’ils viennent, pour la plupart, d’autres pays européens. La leçon est que cela se passe finalement assez bien, pour autant que le stagiaire ait suffisamment d’initiative. C’est un élément auquel nous faisons particulièrement attention.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et ScanWorld dans le futur?

Guerric de Crombrugghe : Nous travaillons sur des satellites, de l’intelligence artificielle, de la gestion de gigantesques bases de données… honnêtement, tout cela est bien trop excitant que pour avoir le temps d’être anxieux. Pour le futur, nous avons un planning très chargé et du pain sur la planche. Nous allons lever des fonds et agrandir l’équipe dans les prochains mois.

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Guerric de Crombrugghe : La technologie avec laquelle nous travaillons est assez jeune, et nous avons donc relativement peu de concurrents. Pour les campagnes aériennes dédiées que nous offrons aujourd’hui, une grosse différence est que nous travaillons avec un réseau de fournisseurs, plutôt que d’avoir notre propre plateforme. Ainsi, nous pouvons utiliser le vecteur le mieux adapté aux besoins de nos clients : un gros instrument sur un avion piloté quand il faut de la précision, un instrument plus petit sur un drone quand il faut aller vite.

Un mot de la fin ?

Guerric de Crombrugghe : Enormément de problèmes industriels peuvent être réglés avec de l’imagerie hyperspectrale. Nous parlons aujourd’hui avec des acteurs aussi divers que des gestionnaires d’infrastructures portuaires, d’opérations minières, ou encore des fournisseurs de service du monde agricole et forestier. Que vos lecteurs n’hésitent pas à nous contacter !

Votre site web ?

Guerric de Crombrugghe : https://www.scanworld.be/

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Publicité

Contacter les startups

Top of the month