Connect with us

INNOVATORS VS COVID-19

{who’s who} Jean-Marc Poncelet, fondateur BetterStreet “Entreprendre, C’est un peu fou dans cette période de crise”

Publié

-

imgres 2

Qui êtes vous ? Je suis Jean-Marc Poncelet, le fondateur de la société BetterStreet. J’ai 38 ans, marié avec deux enfants. 

 

En 2 ou 3 phrases, que propose votre startup?: Pour tous les soucis de l’espace public (nid de poule, panneau de signalisation endommagé, dépôt sauvage) et dans les bâtiments comunaux, nous aidons les communes à améliorer leur efficacité interne et la communication avec les citoyens.
www.BetterStreet.org

 

Comment êtes vous arrivé à la création d’entreprise?: Après une première expérience entrepreneurial comme premier employé dans une startup dans les années 2000, j’ai passé 10 ans comme cadre supérieur dans une grosse société de télécommunications. L’envie de faire un projet personnel et de résoudre un problème qui me tient à coeur m’a poussé à créer mon activité en janvier 2013.

 

Quelles ont été les bonnes surprises dans votre aventure entrepreneuriale?: On sort complètement de sa zone de confort. On est obligé de se faire violence en touchant à tous les métiers d’une entreprise. C’est à la fois effrayant et très valorisant de dépasser ses peurs. Le véritable kick est de voir des clients utiliser votre bébé et d’en être satisfaits. Vous avez été identifié un ou plusieurs problèmes et votre solution aide à les résoudre.

 

Des mauvaises surprises?: La solitude, le doute, les hauts et les bas font partie de la vie de tout entrepreneur. Si vous n’êtes pas correctement accompagné (par votre conjoint, par vos amis), il est tentant de laisser tomber les bras. Le financement en Europe est compliqué, on ne vous fait confiance que si vous pouvez déjà montré de solides résultats.

 

Votre startup c’est 100% de votre vie?: Oui, le jour mais aussi la nuit. Il n’est pas rare de me réveiller en pleine nuit et mon cerveau commence à analyser les améliorations à apporter, les gens à contacter, etc… Quand vous devenez entrepreneur, vous le devenez 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

 

Des projets à venir?: Oui mais ils restent encore confidentielles. Quand on a goûté à l’entrepreneuriat, on fait sauter certaines barrières mentales qui ouvre un champ de possibilités. Les plus grosses barrières sont souvent celles qu’on s’impose.

 

Un scoop sur vous ou votre startup?: Tout a démarré lors d’un Startup Weekend alors que j’étais ce cadre supérieur bien payé avec voiture de fonction. J’ai démissionné quelques jours après ce weekend afin de lancer mon activité. C’est évidemment un peu fou dans cette période de crise économique.

 

Alors heureux (se)?: La pire chose qu’il peut arriver dans une vie, c’est d’être à la fin de celle-ci et de vivre avec “et si j’avais fait cela”, “et si j’avais pris ce risque”. La vie est trop courte pour occuper des jobs qu’on n’aime pas. Je me répète mais les plus grosses barrières sont celles qu’on s’impose.

 

Le mot de la fin ?: Trouver l’intersection entre vos compétences, vos passions et une opportunité de marché qu’elle soit sociale ou marchande. Soyez ambitieux et osez.

 

Autre (vidéo de présentation?):

http://www.rtc.be/reportages/262-general/1458969-betterstreet-a-crisnee-et-waremme
http://www.rtbf.be/info/dossier/projet-startup/detail_betterstreet-veut-rendre-les-rues-plus-propres?id=7958066

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Contacter les startups

Top of the month