Connect with us

Finance

Digitaliser l’ensemble de ses avantages salariés, en temps de crise, avec Wedoogift

Publié

-

Jerome proust wedoogift

Interview de Jérôme Proust, CEO de Wedoogift.

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Jérôme Proust : Merci de poser cette question, j’ai la chance que tout aille bien pour ma famille, les équipes de wedoogift et moi-même.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint wedoogift

Jérôme Proust : Avant de créer Wedoogift, je travaillais dans une société de conseil dans l’industrie. Wedoogift est née en 2014 de mon expérience personnelle lorsque je devais distribuer des chèques cadeaux papiers à mes consultants. Il fallait à chaque fois les donner en mains propres, les stocker, les sécuriser…. Si la personne ne pouvait pas venir les chercher, on lui envoyait chez elle par courrier recommandé. Elle devait soit faire la queue à la permanence, soit à La Poste le samedi matin … Je ne parle même pas de ce que cela devait coûter ainsi que le choix limité des enseignes.

C’était un marché où tout était donc à faire en termes de dématérialisation et digitalisation avec en 2014, 98% des chèques cadeaux France qui étaient encore en papier.

La décision de me lancer s’est aussi faite lorsque j ‘ai compris qu’il y avait une faille dans ce marché qui allait bien au-delà de l’expérience utilisateur : les chèques cadeaux se périmaient et n’étaient pas remboursés aux entreprises ! Le modèle économique du marché du chèque cadeau papier était donc construit, en partie, sur le fait de rendre les chèques cadeaux périssables.

Les personnes à qui je présentais mon projet, me disaient que cela ne sonnait pas trop “startup” de vendre des chèques cadeaux. Et finalement, j’ai réussi à convaincre mes proches lorsque je leur ai ouvert les yeux sur la taille du marché : 3 milliards d’euros en France, 30 milliards en Europe, 270 milliards de dollars aux États-Unis, une croissance tous les ans de ce marché … et surtout une absence de concurrence avec un modèle économique innovant.

Comment Wedoogift innove-t-elle?

Jérôme Proust : Notre première innovation repose sur le produit en lui-même. On est arrivés avec un chèque cadeau valable sur Internet ou dans les magasins et complètement dématérialisé. Et on est allés plus loin, en renversant le business model traditionnel utilisé par les émetteurs historiques des chèques cadeaux, qui consiste à se rémunérer en grande partie sur le no-show (perdu-périmé).

Wedoogift réinvente ce modèle en se rémunérant sur l’utilisation du chèque cadeau et non pas sur sa péremption et sa non-utilisation. Notre objectif est de maximiser son utilisation et d’apporter nos services pour développer les ventes de nos partenaires. Wedoogift se positionne donc en accompagnateur. Nous offrons une transparence totale sur la consommation des chèques cadeaux et remboursons tous ceux qui n’ont pas été utilisés aux CSE et entreprises qui pourront par la suite les redistribuer.

De plus, en tant qu’acteur de la dématérialisation, nous offrons un gain de temps considérable et supprimons tous les coûts inhérents à la méthode traditionnelle de distribution : coûts de livraison, de stockage, de distribution mais également liés à la fraude. Tout ça permet à nos clients d’avoir une indépendance totale et une maîtrise complète de leurs opérations.

Aujourd’hui, nous avons étoffé notre offre afin de proposer des produits et services englobant l’ensemble des avantages salariés dont les chèques restaurants.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté Wedoogift et comment gérez-vous cette crise?

Jérôme Proust : Comme beaucoup d’entreprises, nous avons été surpris fin février 2020 de la montée en puissance de la situation, de la rapidité à laquelle se produisaient les évènements et des décisions majeures que prenait le gouvernement.
Le premier confinement a été assez soudain et nous rencontrions des difficultés : nos clients étaient injoignables, la consommation de nos titres en circulation stoppée net et nous avions une absence de visibilité sur la reprise.

Heureusement, nos systèmes de gestion nous permettaient de continuer d’avancer, tant sur nos outils de travail (messagerie, CRM, ticketing, etc.) que sur nos applications métiers que nous opérons à distance.

Nous avons tout de suite pris conscience que la communication resserrée serait primordiale, déjà entre managers pour prendre des décisions collégiales, et également vis-à-vis de toute la société. Les salariés étaient, à juste titre, demandeurs de transparence pour comprendre le chemin que nous prenions. Nous avons instauré un rythme de décision pour des périodes de 3 semaines afin de ne pas se retrouver à changer trop souvent. Nous avons aussi mis en place des points de situation toutes les semaines notamment pour partager sur les annonces du gouvernement et partager les implications pour Wedoogift.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises?

Jérôme Proust : Nous avons la chance d’avoir un marché porteur et notre positionnement est dans le sens de l’histoire. Nous n’avons pas eu de décision importante à prendre si ce n’est que de retarder nos embauches à 2021.

Les événements nous ont bien sûr forcés à mettre en place de nouvelles façons de travailler. Avec les confinements, nous avons déployé le full remote que nous avons choisi de faire perdurer au-delà pour proposer à nos salariés des modes de travail hybrides entre présentiel et distance. L’un de nos enjeux le plus fort a donc été d’apprendre à maintenir le lien entre nous à distance. Un système de référents internes dans chaque pôle a permis de prendre le pouls de chaque membre de l’équipe et de nous aider à animer avec des activités à distance (jeux, horoscopes d’équipes, déjeuners en visio, etc.).

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et Wedoogift dans le futur?

Jérôme Proust : Cette situation engendre des questionnements, des doutes et du stress car personne ne sait quand cela va finir. Il y a aussi des situations personnelles difficiles : ceux qui ont eu un proche touché, ceux qui vivent dans de petits appartements, etc. Bref, on ressent évidemment une tension collective avec des questions légitimes sur l’économie : est-ce que mon entreprise va survivre ?

Pour passer cette crise, nous nous sommes tournés vers nos valeurs et ce qui nous définit. Toujours plus de transparence, toujours plus de bienveillance et toujours savoir se remettre en question. On est venu casser nos référentiels et la façon dont on travaillait pour faire tomber les grands silos de notre entreprise : d’un côté la team business, de l’autre la tech, la finance, etc. Nous avons listé toutes nos actions pour “sauver” 2020 et revenir au maximum à notre business plan du 1er janvier 2020. La situation a clairement été tendue mais nous avons tous fait preuve de ténacité et nos efforts ont été récompensés. La fin d’année a été incroyable et nous avons finalement fait l’une de nos plus belles années.

Pour la suite, nous avons conservé cette volonté d’inclure un maximum de salariés dans nos plans et de leur partager nos avancements. Nous avons également monté un pôle Opérations pour fluidifier tous les rouages entre nos départements … Et pour finir nous avons embauché 20 personnes en janvier !

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Jérôme Proust : Le marché des avantages salariés est formé en oligopole, où les acteurs principaux sont Edenred, Sodexo et le groupe Up. Cependant les concurrents du marché des chèques cadeaux et plus globalement des avantages salariés sont de plus en plus nombreux. Les 4-5 acteurs représentent plus de 50 milliards d’émission à eux seuls. Nous existons en ne les regardant pas. Nous sommes concentrés sur nos clients, nos utilisateurs et nos salariés. Ils sont dans notre rétroviseur mais ce n’est pas devant nous.

Un mot de la fin ?

Jérôme Proust : 2020 nous a permis d’apprendre l’équivalent de 5 ans en un an. Cela n’a pas été évident tous les jours, mais nous sortons plus forts pour affronter la suite. Seule la remise en question de notre organisation, de la façon dont on fait les choses et notre humilité dans l’apprentissage nous a permis d’être clairvoyants pour la suite.

Votre site web ?

Jérôme Proust : www.wedoogift.com

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Contacter les startups

Top of the month