Connect with us

Mode

Julian von Eckartsberg, CEO de Stylight nous raconte comment ils ont vu leurs ventes augmenter pendant la période de confinement

Publié

-

Julian von Eckartsberg Stylight

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Julian von Eckartsberg : Merci pour cette première question. Tout va bien. Ni ma femme, ni ma famille, ni mes amis, ni mes 100 employés n’ont été infectés par le Coronavirus, nous avons donc été vraiment chanceux pendant cette période. De plus, la quarantaine m’a permis de passer beaucoup de temps avec ma fille de 3 ans, et je pense que nous avons tous les deux beaucoup apprécié ces moments passés ensemble.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de comment vous avez créé ou rejoint Stylight

Julian von Eckartsberg : J’ai passé mon enfance en hors de l’Allemagne, dans plusieurs pays comme le Mexique, la Colombie ou les États-Unis. D’autre part, j’ai des liens étroits avec Munich car mes deux grands-parents sont originaires de cette ville et j’ai non seulement été à l’université à Munich (en plus d’une année à Paris, en France) mais j’y ai également passé ma vie professionnelle. Stylight me comble de joie car son siège social est à Munich et donc ses racines et de nombreux aspects culturels aussi, mais d’autre part, nous sommes extrêmement internationaux – nous sommes présents dans 16 pays, nous avons des employés de plus de 30 nationalités et notre langue de travail est l’anglais. Nous “pensons globalement”.

Avant Stylight, j’étais responsable de la stratégie du groupe de ProSiebenSat.1 Media SE, la plus grande société de médias allemande qui est également actionnaire de Stylight. Lorsque notre actionnaire a cherché un nouveau PDG pour Stylight, il était clair pour moi que je voulais ce rôle en raison du grand potentiel, de l’équipe extraordinaire et des nombreuses possibilités de cette entreprise.

Comment Stylight innove-t-elle?

Julian von Eckartsberg : Une des forces de Stylight est notre organisation “​cross team​”: nous mettons en commun les connaissances, expertises et expériences de chacune de nos différentes équipes (tech, sales, marketing…) afin de faire ressortir les meilleures idées et faire apparaître de nouvelles perspectives. Nous organisons également régulièrement des “Open Fridays”, une journée dédiée à la créativité où les employés ont la possibilité de pitcher une idée, de rassembler une équipe et de travailler sur le projet. Grâce à ces journées dédiées à l’innovation, nous avons pu mettre en place plusieurs projets qui ont servi notre vision et notre mission d’une manière complètement différente, ou encore des projets ayant un aspect social ou environnemental par exemple.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté votre entreprise et comment gérez-vous cette crise?

Julian von Eckartsberg : Au début de la crise du COVID-19 en Europe, le secteur de la mode et du lifestyle en ligne a souffert. La crise actuelle a suscité un fort degré d’incertitude, et si certains pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis ont adopté une approche commerciale plutôt agressive, certains marchés, à l’instar du marché français, ont adopté une approche relativement prudente en interrompant leurs campagnes d’affiliation jusqu’à ce que la situation s’améliore. Aujourd’hui, la plupart de nos partenaires sont de retour, et après une courte baisse au mois de mars, le nombre de visites ainsi que le volume de recherche sur nos plateformes ont augmenté et sont maintenant plus élevés qu’avant. Nous assistons à un changement net de comportement entre le offline et le online et ceci se ressent fortement dans nos chiffres.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises?

Julian von Eckartsberg : Dès le début de la crise, nous avons décidé de revoir et réguler nos différents budgets (activités marketing et recrutement par exemple), mais nous avons la chance d’avoir été plutôt épargnés. En effet, la fermeture des boutiques physiques pendant le confinement a même engendré une augmentation des ventes en ligne pour les e-commerçants. Nous n’avons donc pas eu à prendre de décisions difficiles, et avons beaucoup appris par ailleurs : nous savons désormais que notre travail d’équipe “remote” est tout aussi efficace que lorsque nous sommes tous au bureau, et nous avons donc décidé de faire bénéficier nos employés d’une nouvelle politique de ​home office​ plus avantageuse.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et Stylight dans le futur?

Julian von Eckartsberg : En général, je me décrirais comme une personne très équilibrée, avec un niveau d’énergie élevé d’une part, mais de la sérénité d’autre part – à un niveau constant. Cela m’aide aussi dans les moments de forte pression et de stress ou d’incertitude. L’important c’est de rester calme, penser et agir !

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Julian von Eckartsberg : Stylight est la première plateforme de recherche mondiale dédiée aux produits mode, beauté et décoration. Avec plus de 27 millions de produits disponibles depuis 1300 shops partenaires, Stylight attire plus de 12 millions d’utilisateurs uniques chaque mois sur 16 marchés internationaux. En France par exemple et à plus petite échelle, un de nos concurrents pour la catégorie mode est la plateforme Lyst. Notre but est d’offrir à nos boutiques partenaires, mais aussi à nos utilisateurs, la meilleure expérience possible.

Nous travaillons actuellement au lancement de la catégorie Beauté pour le site français, qui sera disponible dans les semaines qui viennent; ainsi qu’à la création d’espaces dédiés à un type de marque et à un public ciblés, tels que le ​Luxury Loft​ et le ​Premium Loft p​ our les produits et marques luxe et mid-luxe. Enfin, nous portons un intérêt particulier au succès de nos boutiques partenaires sur nos plateformes : notre vision est axée sur leur conversion, et l’importance que nous accordons à l’amélioration de leur retour sur investissement est essentielle pour émerger parmi les concurrents.

Un mot de la fin ?

Julian von Eckartsberg : J’espère que la France, son économie et ses habitants, ainsi que nos clients, surmonteront cette crise et en sortiront plus forts. Nous sommes heureux de soutenir nos clients sur ce point.

Votre site web ?

www.stylight.fr

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Contacter les startups

Top of the month