Connect with us

Actualité

Pourquoi ne faut-il pas avoir peur de se faire piquer ses idées?

Publié

-

news2

[disclaimer : ce post ne vaut pas pour les projets à forte composante de recherche scientifique imposant des dépôts de brevet, de molécules, de formules chimiques, …]

 

Ah la la la la… l’idée… Je pense que c’est une des principales cause de non création d’entreprise. Oui, pour moi ce n’est clairement pas le risque ou le manque de moyens qui fait peur aux gens. Je m’explique. Il existe trois catégories de personnes…

 

 

La première, c’est l’immense majorité des gens qui croit qu’il faut une idée géniale pour se lancer. Par expérience personnelle mais aussi pour avoir rencontré des tas de projets à tous niveaux de développement, ce n’est jamais le cas. En général, l’idée est incrémentale, issue du quotidien ou de son expérience, et mérite d’être retravaillée pendant de long mois avant que tout fonctionne bien. Un début d’idée est donc suffisant pour se lancer. Certes, il faudra sûrement plusieurs idées avant de tomber sur la bonne, mais cela ne signifie pas qu’il faut s’arrêter de réfléchir et de tester son idée dès le début !

 

La seconde catégorie, c’est celle qui croit que l’idée est tellement géniale qu’il faut l’entourer d’une chape de plomb. C’est peut-être pire que la première catégorie… Souvent donc cette catégorie reste sur ses positions, travaille en secret, attend le moment parfait pour annoncer à la face du monde sa révolution… pour finalement s’apercevoir qu’elle est déphasée par rapport aux attentes du marché, ou que quelqu’un d’autre les a pris de court.

 

La troisième catégorie, vous l’aurez compris, est celle que j’affectionne. Il s’agit de ceux qui, de manière très ouverte, cherchent à améliorer l’idée et la faire vivre en la confrontant au maximum de feedback possible. Ceux-là sont des gagneurs ! Et même si l’idée ne se révèle pas la bonne, ils la font évoluer et rencontrent en chemin des bonnes volontés prêtes à les aider !

 

Alors pour compléter mes propos, voilà quelques autres petites choses :

 

L’idée ne représente qu’1% de la valeur d’un projet. Le reste provient de l’équipe, de l’exécution du plan, des relations avec des partenaires, des clients, des fournisseurs et du reste de l’écosystème de la startup !
Si votre idée est bonne, d’autres l’ont aussi ! Ou en tout cas l’auront très vite. Même si vous protégez « à mort » votre idée, vous ne resterez pas seul longtemps. D’ailleurs, tant mieux, ça veut dire que votre marché est en train de prendre vie et d’exister.
Ne pas parler de son idée revient à la faire mourir. Vous demandez bien l’avis de vos proches dès que vous avez une décision difficile à prendre ? C’est pareil ici, c’est avec l’avis du maximum que vous allez pouvoir mettre au point votre idée, puis votre projet, puis votre service ou produit. Et ce de même pour toutes les étapes du projet !
Il existe tout un tas d’autres façons de se protéger. Avoir la meilleure équipe, le meilleur service client, avoir la meilleure ambiance au bureau, travailler ses réseaux, donner un look sympa à son site web…

 

Alors comment faire ? Ouvrir les vannes et parler au maximum de son idée ?

Oui !

 

Mais aussi :

 

Se différentier, faire des choses originales, réinventer les manières de faire du secteur…
Être à l’écoute de ses clients, pour constamment chercher la meilleure façon de les contenter.
Continuer à innover, pour avoir toujours une idée d’avance

 

Guilhem Bertholet

 

http://www.guilhembertholet.com/

 

We are a team of writers passionate about innovation and entrepreneur lifestyle. We are devoted to providing you the best insight into innovation trends and startups.

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Top of the month