Connect with us

Agriculture

“Défendre, avec bon sens et passion, un modèle alimentaire qui prenne soin de l’Humain et de la planète.” Interview de Sebastien Loctin, Fondateur de Biofuture

Publié

-

Sebastien Loctin Biofuture

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Sebastien Loctin: Nous traversons un évènement exceptionnel par son ampleur et les conséquences qu’ils génèrent sur un plan social, sociétal et économique. Sur un plan sanitaire, si de nombreux amis ont été atteint du Covid-19, je n’ai eu à vivre aucune conséquence dramatique à l’exception de ma mère qui a perdu sa sœur. Mais à 88 ans et malade, pouvons-nous réellement faire porter au Covid la responsabilité de son départ ? Sur un plan professionnel, nous avons jusqu’alors réussi à traverser cette période avec sérénité. Notre croissance a bien-sûr souffert de ce contexte mais notre activité reste satisfaisante et le moral des équipes est excellent. Nous sommes prêts à aborder les enjeux 2021 avec enthousiasme et détermination.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint Biofuture

Sebastien Loctin: Je me définirais comme un Papa engagé, passionné par la bonne bouffe. Né à Lyon, capitale de la gastronomie, au sein d’une famille de traiteurs, boulangers et pâtissiers, j’ai toujours eu le goût de la cuisine vraie, qui réjouit le corps et les papilles.

Après mon école de commerce, j’ai donc assez naturellement embrassé une carrière dans l’agro-alimentaire en intégrant en 1995 le département marketing de Lesieur. J’y étais en charge des huiles à goût et huiles d’olive. Après 10 ans chez Lesieur en France et à l’international, j’ai poursuivi ma carrière dans le groupe Remy Martin dans le secteur des vins et spiritueux avant de prendre la Direction Commerciale et Marketing d’un groupe de négoce international.

J’étais chargé de restructurer des industries alimentaires en Afrique de l’Ouest. Ce parcours « du champ à l’assiette » m’a permis d’apprécier ce qu’est devenue notre alimentation. Et de réaliser qu’on était très loin non seulement du souvenir que j’en avais enfant mais aussi de ce que je souhaitais pour mes enfants.

En 50 ans, nous sommes passés d’une alimentation qui nourrit à une alimentation qui remplit. D’un modèle qui prend soin des paysans et de leur terre, à un modèle délétère pour l’homme et la planète. Mes parents ont connu une époque où les produits alimentaires étaient à la fois bruts, naturellement bio (il n’y avait pas besoin de label à l’époque, le « sans chimie » était la norme !), cultivés en France, sans additifs, riche en goût… Cette époque est révolue. Le profit a pris le pas sur la santé des gens.

L’industrie agro-alimentaire, malgré ses promesses et ses campagnes de pub, a échoué dans sa mission de bien nourrir les gens. A travers mes enfants j’ai pris conscience des dérives de notre modèle. Je n’adhérais plus du tout à ce système. En 2010, j’ai décidé de tout plaquer pour créer Biofuture, avec l’ambition de défendre, avec bon sens et passion, un modèle alimentaire qui prenne soin de l’Humain et de la planète.

Comment Biofuture innove-t-elle ?

Sebastien Loctin: Chez Biofuture nous considérons que l’innovation ne réside pas dans le fait d’inventer de nouveaux produits à l’usage éphémère qui viendront saturer un peu plus nos placards mais plutôt dans la capacité à revisiter les produits du quotidien pour en proposer des versions véritablement saines, alliant santé, plaisir et proximité.

Nous croyons en l’innovation qui a du sens, qui place notre santé et celle de la planète au cœur de la matrice. Cela parait évident, presque banal mais dans un monde ultra-industrialisé, où il faut aller vite, produire en masse, pas cher et rentable, c’est un véritable pari. Se donner pour exigence de ne plus avoir à choisir entre le bio, le sain, le goût, le made in France, l’absence d’additif… déstabilise toute la chaîne, de la R&D formée à la chimie aux consommateurs habitués à faire des choix. Sur un plan R&D, nous avons bâti le cahier des charges le plus exigeants de l’agro-alimentaire.

Chaque produit que nous revisitons doit être irréprochable sur un plan nutritionnel, gourmand, élaboré à partir d’ingrédients bruts et bio, cultivés en France. Les additifs sont systématiquement bannis de nos recettes et tous nos produits sont fabriqués par des PME françaises, familiales et engagées dans une démarche RSE. Avec nos marques Quintesens et Holifood, nous avons revisité la catégorie des huiles en proposant une approche nutritionnelle sur-mesure, et celui des sauces avec notamment notre Incroyable Ketchup et notre Incroyable Mayonnaise.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté Biofuture et comment gérez-vous cette crise ?

Sebastien Loctin: La pandémie n’a pas directement affecté notre entreprise. Elle a en revanche affecté tout notre écosystème et beaucoup de nos parties-prenantes. Notre activité a souffert de dommages collatéraux qui ont sérieusement affecté notre croissance. Nos sous-traitants ont été débordés. Pour éviter toute rupture nous avons décidé de monter nos niveaux de stock à un niveau historique. Avec l’impact que vous pouvez imaginer sur les contrat-date clients mais aussi sur notre cash-flow.

Nos clients de leur côté ont mobilisé leurs ressources, souvent réduites, sur les segments les plus sollicités (farine, œufs, pâtes, riz, couches, papier toilettes…). Nos commandes ont donc été suspendues ponctuellement et surtout en magasins, la présence et la visibilité de nos produits à considérablement souffert. Au-delà des ruptures, un produit qui ne se voit pas est un produit qui ne se vend pas bien. Nous le payons encore aujourd’hui. Au niveau humain, il nous a fallu gérer le stress généré par ce contexte et la mise en place du télétravail dans les meilleures conditions possibles pour les collaborateurs.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises ?

Sebastien Loctin: Gérer une entreprise impose toujours de faire des choix difficiles. J’essaie de les faire le plus justement possible quel que soit le contexte. Le Covid nous a confronté à une nouvelle réalité. Nous avons profité de cette épreuve pour revoir nos organisations et challenger à nouveau le sens de notre mission. Il nous est apparu évident que nous étions, plus que jamais, dans la bonne direction. Que ce système alimentaire était à bout de souffle et qu’il fallait accélérer la transition, nous avons enclenché une série de workshop avec mes collaborateurs pour imaginer l’organisation adaptée à la réalisation de notre mission. Dans ce contexte, nous avons investi comme jamais pour sécuriser nos acquis et avancer plus rapidement sur nos projets. Nous avons ainsi par exemple plus que doublé nos effectifs en embauchant 7 personnes en 2020. Mener une politique d’investissement ambitieuse dans un contexte incertain peut paraitre irresponsable. J’y vois au contraire un une invitation à ne surtout pas se replier sur soi-même.

Comment vous projetez-vous, vous et Biofuture dans le futur ?

Sebastien Loctin: 2020 est derrière nous. Nous sommes déjà tournés vers 2021. Nous sommes portés par une foi immense et beaucoup d’enthousiasme. C’est un bonheur que de faire ce qui nous semble juste pour la santé des gens et de notre planète. Nous sommes, à notre niveau, des lanceurs d’alerte, des éveilleurs de conscience. Nous sommes persuadés que les consommateurs vont remettre du sens dans leur assiette et revoir l’exigence qu’ils ont vis-à-vis des marques. Qu’ils ne se laisseront plus berner et sanctionneront avec leur carte bleue ces marques qui ruinent notre santé et nos écosystèmes. De notre côté, nous allons continuer à revisiter les produits du quotidien avec la même exigence et démontrer qu’une autre alimentation est possible.

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Sebastien Loctin: Nous n’avons pas de concurrents. Non pas parce que ce que nous faisons est unique (ce qui reste vrai aujourd’hui) mais surtout parce que je considère que nous devons tous œuvrer dans la même direction. Cette planète ne m’appartient pas. La santé des consommateurs non plus. L’enjeu dépasse très largement la vie de mon entreprise. Ce n’est donc pas en nous opposant que nous changerons les choses. Si notre façon de faire inspire d’autres acteurs, j’en serai ravi. Inventons la coopétition. D’ailleurs si l’industrie alimentaire avait fait son job depuis 50 ans, Biofuture n’existerait peut-être pas. Et tout le monde s’en réjouirait. Comme des dizaines d’autres start-up, nous existons car le changement est nécessaire.

Votre site web ?

Sebastien Loctin: www.biofuture.fr

Un mot de la fin ?

Sebastien Loctin: Je terminerai sur une citation qui résonne avec force dans notre contexte. « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ». Il est temps de se réconcilier avec notre insouciance d’enfant et rêver que tout est possible. Nous sommes prisonniers de schémas et de dogmes qui nous figent et nous empêchent d’oser. Qui aurait pensé il y a 100 ans qu’un homme marcherait sur la lune ? Nous n’avons pour limite que celles que nous acceptons. Nous avons encore la possibilité de changer de modèle. Faisons preuve d’imagination et agissons vite.

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Publicité

Contacter les startups

Top of the month