Connect with us

Application Mobile

WebCars : Votre déplacement en un clic !

Adapter le Co-voiturage au contexte africain.

Publié

-

Jean Arsene HOULA HOULA Web Cars

Interview de Jean-Arsène HOULA-HOULA, Fondateur et CEO de WebCars.

Comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Je vais bien et ma famille aussi se porte très bien. La Covid-19 est certes une période assez difficile et contraignante, mais Dieu nous protège et veille sur nous. La Covid-19 ne viendra pas à bout de nous. Elle passera avec son lot de malheur.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint WebCars

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Je suis gabonais de père et de mère, je viens de la septième province du Gabon. Je suis fortement attaché à la vie, à son côté mystérieux et à la beauté qu’elle dégage. J’aime la nature, Dieu et les gens, même si tout peut aujourd’hui nous en dissuader. Je suis aussi attaché à l’Afrique, je trouve son Histoire extraordinaire et émouvante. Cette histoire est juste très mal racontée.

Au niveau académique, je suis titulaire d’un baccalauréat scientifique (Bac. C) que j’ai obtenu en 2005 au Lycée National Léon MBA. Je suis également détenteur d’une Licence, d’une Maîtrise et d’un Master II en Sciences de Gestion : option Finance, obtenus à l’Institut National des Sciences de Gestion en 2009, 2010 et 2011.

Après et pendant mes études j’ai obtenu plusieurs expériences professionnelles dans plusieurs filiales des grands groupes internationaux tels que Shell, CITIBANK, Airtel où j’ai eu quelques expériences professionnelles très enrichissantes. En 2014 alors que je partais de Shell qui connaissait quelques problèmes économiques et qui n’est plus au Gabon je suis passé par un moment difficile. Moment, qui m’a appris tellement de choses sur moi-même et sur l’homme en général. J’ai dû me battre pour survivre, j’ai tenu un box commercial non loin de l’ambassade du Sénégal. J’ai appris de la vie.

C’est de là qu’est née ma passion pour l’entrepreneuriat. Je me suis tout de suite rendu compte que la mentalité gabonaise, les habitudes que nous développions au quotidien pour la plupart axées sur la bureaucratie étaient toutes mauvaises pour le développement de notre pays. On ne construit pas un pays avec des plumitifs ou de l’intellectualisme.

Nous sommes par contre là juste en plein dans l’orgueil. Travailler pour soi, donner le meilleur de soi, bien que difficile était pour moi la révélation. D’ailleurs, c’est ainsi que se sont bâtis l’Angleterre, les Etats-Unis et toutes les nations dites développées, la bureaucratie n’est qu’une conséquence de ce développement. J’aime aussi l’écriture, à mes heures perdues, j’écris. J’écris sur ce que je vis intérieurement ou extérieurement, sur ce que je vois et sur ce qui se passe autour de moi.

Comment WebCars innove-t-elle ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Le court-voiturage de type domicile – travail ou domicile – études existe partout dans le monde et permet à des inconnues de faire chemin ensemble tout en mutualisant les coûts.

Contrairement à cette forme de déplacement, nous avons mis en place un court-voiturage dit social qui permet à des personnes qui ont un certain lien social, soit parce qu’elles sont de la même famille, travaillent dans la même entreprise, fréquentent la même école-lycée-université, appartiennent à la même communauté ou habitent le même quartier de créer sur notre application des groupes de communauté dans lesquels ils se retrouvent pour faire du court-voiturage beaucoup plus sécurisé.

WebCars c’est donc du court-voiturage adapté au contexte africain, souvent émaillé d’insécurité. C’est une application qui vient répondre à des problèmes réels et qui est une solution à ces problèmes.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté WebCars et comment gérez-vous cette crise ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : L’ensemble des restrictions mises en place par le gouvernement gabonais ne sont pas mauvaises dans le fond.

Mais la particularité gabonaise au niveau des horaires du couvre-feu décrété à partir de 18heures jusqu’à 05 heures du matin (résumant au Gabon une journée à 11heures) ne nous donnent pas de marge de manœuvres suffisantes pour développer au mieux notre business et même le pays dans son ensemble. Cette difficulté se ressent dans quasiment tous les secteurs. Ces mesures bien qu’importantes pour réguler les populations et contrôler la pandémie affectent négativement nos activités ainsi que celles d’autres domaines économiques. Mais nous avons développé de la résilience et de la flexibilité et continuons à fonctionner comme avant.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Les choix difficiles, oui nous en avons faits. Nous avons réduit le nombre de nos collaborateurs. Aujourd’hui, nous travaillons beaucoup en télétravail, qui exige que l’ensemble des collaborateurs puissent avoir une connexion internet de bonne qualité et être connectés en permanence. Travailler de chez soi demande de la concentration, de la maîtrise, mais épuise aussi considérablement. Nous avons également plus recours à des sous-traitants dans les métiers du digital.

Cette pandémie nous enseigne que le monde dans lequel nous vivons peut s’écrouler du jour au lendemain. Rien ici n’est bien sûr, nous ne savons ce qu’un jour peut enfanter. Il faut donc être agile et gérer différemment. Plus rien ne doit être figé, il faut constamment être en mode changement.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et WebCars dans le futur ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Par un discours qui va à l’encontre du stress et de l’anxiété. Le Covid-19 bien que réel est aussi un message de peur et de panique instillé dans les consciences, il faut lui opposer un autre message qui est celui de la paix, du calme et de la sérénité. Le monde, malgré ce petit incident reste sous contrôle.

C’est ce message que nous prêchons au quotidien à nos équipes. Ainsi, l’espoir et l’espérance sont et restent plus forts que le chaos qui veut s’installer et prendre place. WebCars a la grâce d’avoir à proposer un produit qui soit scalable, c’est-à-dire qui a la possibilité de s’appliquer ailleurs qu’au Gabon. Nous avons donc pour ambitions les années à venir de nous installer dans d’autres pays qui trouveront dans ce service une réponse à leurs problématiques dans les secteurs du transport et de la logistique.

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Notre service est unique, nos concurrents sont nombreux. Ont-ils la même envie, la même motivation que nous ? Nous nous en voulons et ne sommes pas prêts de nous arrêter. Il y aura des réussites, il y aura des échecs, le plus important pour nous sera de ne jamais abandonner. Nous voulons mettre en place une entreprise qui va transcender le temps et l’espace.

CITIBANK par exemple a 209 ans d’existence, c’est pour ce type de longévité avec un service qui s’améliore d’année en année que nous nous réveillons plus motivés chaque matin. Notre projet a ceci de particulier que nous traitons directement avec les hommes. Au quotidien, prendre un taxi, un taxi-bus ou un clando devient à coup sûr une mauvaise expérience ; pour l’ensemble des personnes qui officient dans ce secteur seul l’argent compte dans la plupart des cas.

Nous, nous avons décidé de proposer quelque chose de différent dans ce secteur en général, nous voulons apporter une touche différente dans la manière de traiter l’autre. L’argent est certes important, mais il ne doit pas passer avant l’homme. Nous voulons mettre nos clients au centre de nos préoccupations et leur donner une expérience unique, voire agréable d’être passé chez nous. Ce n’est que comme cela qu’ils resteront et parleront de nous.

Un mot de la fin ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : Être entrepreneur n’est pas une sinécure, c’est vrai, mais c’est l’une des choses que j’affectionne aujourd’hui et pour laquelle je donnerais tout. C’est juste extraordinaire ! La vie en elle-même c’est de l’entrepreneuriat. Entreprendre demande certes, mais vous fait réaliser vos limites, ainsi que le potentiel qui sommeille en vous. Il vous amène à bousculer les statu quo, les zones de confort et les certitudes pour atteindre ce potentiel-là et le déployer. C’est une lutte de tous les instants. En même temps vous êtes sur un fil très fin, qui si vous vous arrêtez peut casser et vous plongez dans l’incertitude la plus totale. Être entrepreneur, c’est vivre une vie risquée, mais il n’y a aussi rien de grand en ce monde sans risques.

Votre site web ?

Jean-Arsène HOULA-HOULA : www.web-cars.ga

 

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Contacter les startups

Top of the month