Connect with us

Actualité

​Peut-on lancer une start-up en auto-entreprise pendant la reprise ?

Publié

-

auto entrepreneur

​Lorsqu’on a un projet innovant et à fort potentiel, la start-up est le type d’entreprise qui convient le mieux. Mais en ces temps de reprise post Covid-19 incertaine, lancer une start-up peut être intimidant. Pour prendre moins de risques, vous pourriez démarrer votre aventure entrepreneuriale sous le régime de la micro-entreprise. Vous pouvez ensuite changer de statut juridique si la situation évolue (positivement, on l’espère). La question qui se pose dans ce cas est de savoir si le régime de l’auto-entrepreneur est adapté pour votre projet de start-up.

​Les obligations du créateur d’entreprise

​Les obligations fiscales et déclaratives des auto-entrepreneurs sont simplifiées. Néanmoins, il est nécessaire de déclarer ses revenus, même dans le cadre de ce statut simplifié. Vous devrez notamment déclarer chaque mois ou chaque trimestre les recettes encaissées, ou indiquer le montant des recettes sur la déclaration personnelle des revenus de l’année. Vous pouvez déjà commencer à anticiper sur votre prévisionnel, en prenant en compte les difficultés potentielles liées à la reprise.

La déclaration mensuelle ou trimestrielle des recettes encaissées

​En étant inscrit au régime micro-entreprise, chaque entrepreneur a l’obligation de déclarer l’ensemble de son chiffre d’affaires ou de ses recettes encaissées au cours d’une période donnée. Cette déclaration peut alors se faire après chaque mois ou après chaque trimestre, en fonction des conditions que vous avez choisies. Vous pourrez notamment la faire en ligne. Par la suite, vous aurez à payer les cotisations sociales.

​L’obligation de déclaration annuelle

​D’autres entrepreneurs préfèrent être imposés forfaitairement ou choisissent le versement libératoire d’impôt sur le revenu. Dans ce cas, vous devez indiquer la somme totale des recettes encaissées durant l’année sur une déclaration complémentaire à la déclaration annuelle des revenus. Il faudra également déclarer le montant total des plus ou moins-values réalisées durant cette période.

visuel entreprise reprise pendant

Les obligations comptables

​Un autre avantage du régime micro-entreprise est la possibilité de profiter d’obligations simplifiées en matière de comptabilité, ce qui est bien pratique en ces temps incertains. En tant que micro-entrepreneur, vous n’avez pas à fournir de comptes annuels, ni à tenir des livres comptables. Vous devez tout simplement disposer d’un enregistrement chronologique de vos achats et recettes.

​Vos obligations comptables sur résument alors à :

  • ​La tenue d’un livre-journal des recettes
  • ​La tenue d’un registre des achats
  • ​L’utilisation d’un compte bancaire dédié à l’activité.

​Les avantages de lancer sa start-up en auto-entreprise

​Pour lancer sa start-up le régime micro-entreprise présente plusieurs atouts : d’abord, la création simplifiée de l’entreprise, car aucune formalité n’est nécessaire pour déclarer son activité, ce qui le rend particulièrement rapide. En outre, la gestion est simple, vous pourrez vous concentrer pleinement au développement de votre activité, étant donné que la comptabilité et l’aspect administratif sont considérablement réduits. Vous en aurez besoin pour tout mettre en place très vite avant la période critique des fêtes de fin d’année.

​Aucune charge fixe lors du lancement : si vous n’avez pas encore de chiffre d’affaires, vous n’aurez à payer aucun impôt. En effet, les cotisations sont constituées d’un pourcentage des recettes. Vous n’aurez pas non plus à payer d’expert-comptable. ​Ce statut offre donc à tout « startuper » d’enregistrer légalement leur entreprise sans se soumettre à des obligations fiscales lourdes.

Les démarches nécessaires

​Vous pourrez choisir entre plusieurs types de statuts juridiques en tant qu’auto-entrepreneur. Les démarches dépendent de votre choix.

​Ainsi, si vous optez pour une entreprise individuelle ou en EIRL, il vous faudra faire une déclaration d’activité de micro-entrepreneur. Vous pourrez le faire sur internet, sur le site de l’Urssaf, ou dans un centre de formalités des entreprises compétent.

​Si vous optez pour le statut EURL (société unipersonnelle), les démarches sont plus conséquentes. Elles impliquent notamment rédaction de statuts, la publication d’un avis de constitution, le dépôt d’apports numéraires sur un compte bloqué, l’évaluation des apports en nature, ou encore la demande d’immatriculation d’une personne morale par le biais d’un formulaire.

 

We are a team of writers passionate about innovation and entrepreneur lifestyle. We are devoted to providing you the best insight into innovation trends and startups.

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Publicité

Contacter les startups

Top of the month