Connect with us

INNOVATORS VS COVID-19

Une stratégie marketing SEO payante en période de crise

Publié

-

vivalatina bijouterie

Rencontre avec Nicolas Tranchant, Fondateur de VIVALATINA.

Tout d’abord, comment allez-vous et comment va votre famille en ces temps de COVID-19 ?

Nicolas Tranchant : Tout va très bien, aussi bien au niveau familiale que professionnel, nous nous sommes, au final, très bien adaptés à cette période de “crise”, bien plus médiatique que réelle.

Parlez-nous de vous, de votre carrière et de la manière dont vous avez créé ou rejoint VIVALATINA

Nicolas Tranchant : Je ne reparlerai pas en détail de mon entreprise Vivalatina, qui a déjà été présentée sur votre site web ici : https://startup.info/fr/vivalatina/.

Pour faire court, je me suis expatrié de la  France vers le Mexique en 2012 afin de suivre ma femme Mexicaine, j’y ai monté mon entreprise actuelle Vivalatina qui est une joaillerie en ligne offrant des bijoux en or et sur-mesure aux internautes francophones.

Par rapport à 2016 où vous présentiez mon entreprise dans vos colonnes, j’ai maintenant mes propres locaux et 3 employés à temps plein et mon trafic web est passé de 20 000 à 55/60 000 par mois.

Comment VIVALATINA innove-t-elle?

Nicolas Tranchant : Nous innovons en offrant des services sur-mesure à nos clients, ce qui implique d’adapter nos capacités de production afin d’offrir toujours plus de services : taille de pierres fines, gravure sur pierres fines de type intaille et aussi en offrant un contact personnalisé et extrêmement rapide à nos clients, notre but étant qu’il soit plus rapide pour nos clients de nous contacter au Mexique plutôt que de contacter un bijoutier de leur ville.

Autre axe d’innovation, la création d’une boutique en ligne en anglais, miroir de la boutique en ligne française : www.vivalatina-shop.com, afin de nous développer sur le marché américain, bien plus vaste que le marché français.

Nous avons innové dès 2015 en intégrant la modélisation CAO et l’impression 3D dans les procédés de fabrication d’un atelier ridiculement petit, mais qui n’a cessé de grossir depuis. Maintenant, j’ai intégré une imprimante 3D plastique dans nos locaux pour la confection d’outillages et planifie l’acquisition d’une graveuse laser ainsi que d’une machine d’usinage CNC pour certains de nos besoins spécifiques.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté VIVALATINA et comment gérez-vous cette crise?

Nicolas Tranchant : Nous sommes localisés au Mexique, si bien que les injonctions du gouvernement ont été différentes de celles de la France et avec un autre tempo. Nous sommes restés ouvert la plupart du temps, n’ayant fermé que 10 jours à peu près en début de crise fin Mars. Nous avons pris les mesures de distanciation et de protection personnelle qui s’imposaient. Puisque notre clientèle est exclusivement en ligne, nous ne recevons pas de public dans nos locaux, ce qui a facilité les choses.

J’ai pris conscience dès le début que fermer l’atelier impactait notre survie en tant qu’entreprise, un couac alors que nos clients sont à 9000 kilomètres de distance et c’est une perte de confiance doublée d’une perte de trésorerie qui nous aurait été fatale.

Avez-vous dû faire des choix difficiles et quelles sont les leçons apprises ?

Nicolas Tranchant : Oui, j’ai dû imposer ma vision à mon équipe afin de rester ouvert et de travailler à un moment où tout le monde paniquait du fait des informations dramatiques et imprécises sur le virus, ayant conscience que la survie de l’entreprise en dépendait. J’ai donc dû imposer mes vues, tout en négociant les conditions et en les rassurants.

3 semaines après, toute la ville de Puerto Vallarta (où nous sommes installés) qui vivait du tourisme était sinistrée, une foule de personne étant au chômage forcé, sans perspective de travail et mes employés content d’avoir un travail stable et un revenu, leur attitude était alors complétement différente, pouvant constater la situation précaire du reste de la population.

Cette petite épreuve et crise dans notre petite équipe a renforcé nos liens en mettant en évidence notre interdépendance et la cohérence de mes choix pour l’entreprise et pour leur avenir professionnel.

Comment gérez-vous le stress et l’anxiété pendant cette période et comment vous projetez-vous, vous et VIVALATINA dans le futur?

Nicolas Tranchant : Ma femme est médecin et soigne des personnes infectées par le virus depuis plusieurs mois maintenant, autant dire que ma vision de la situation est imprégnée de son travail et des nombreux cas qu’elle a pu soigner (qui ne sont pas les cas les plus graves, je tiens à le souligner). Donc ma vision de la crise et du virus est bien moins catastrophique que ce que nous peignent les médias et très proche de celle qu’exposent certains médecins rationnels en France.

Pour faire simple, garder la tête froide, bien manger, bien dormir, éviter le stress négatif et fortifier le système immunitaire en faisant du sport et en évitant la cigarette, l’abus d’alcool et le stress inutile.

Pour ce qui est de cette année, nous avons connus une croissance de 35%, inférieure à celle de 2019 qui était de 48%, et j’ai pour objectif une croissance de 26% pour 2021 compte tenu de l’ouverture du marché américain et du résultat de mes travaux en marketing SEO faits au cours de 2020 qui devraient payer courant 2021.

Qui sont vos concurrents et comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Nicolas Tranchant : Gemmyo est un concurrent qui fait plus des bijoux personnalisables que sur-mesure, si bien que mes concurrents directs sont plutôt les petits bijoutiers spécialisés dans la confection sur-mesure et qui sont très peu présents sur le web et très peu au fait du e-commerce et de la vente en ligne.

Nous nous situons donc sur un marché de niche sur le web avec très peu de concurrents capables d’offrir un service comparable en termes de rapidité et personnalisation du contact, capacité de fabrication et prix d’exécution.

Un mot de la fin ?

Nicolas Tranchant : La “crise” actuelle a plutôt favorisée le commerce en ligne, personnellement, cela fait déjà 8 ans que je travaille à mon projet et cette année j’ai récolté les fruits de mes 8 années d’efforts passés. Il y aura toujours des crises économiques, sociales ou autre et la vision de l’entrepreneur se doit de prendre en compte les aléas qui peuvent survenir : changements des relations internationales, tarifs douaniers, taxations en France, raison pour laquelle je m’oriente vers le marché anglophone pour diminuer mon exposition aux aléas sur le marché français.

Liens utiles :

Nicolas Tranchant : Mon site web francais : www.vivalatina.fr
Mon site web anglais: www.vivalatina-shop.com

 

Co-Founder & COO di Startup.info, appassionato del mondo Innovazione e Startup.

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Contacter les startups

Top of the month