Connect with us

Ressources

Refus de crédit bancaire : les 10 principales raisons

Publié

-

refus de credit bancaire les 10 principales raisons

Les entrepreneurs à la recherche d’un financement doivent parfois faire face à de nombreux obstacles. Plusieurs raisons peuvent expliquer un refus de crédit bancaire : voici les principales raisons. Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive : chaque cas est particulier ! De plus, l’impact des éléments cités devra être considéré de manière collective et individuelle.

Le manque de confiance envers l’entrepreneur

L’entrepreneur est le porteur du projet, et il en est la base. Pour accorder des crédits, les banques doivent croire en la capacité de l’entrepreneur à mener son projet jusqu’au bout. Si elles ont des doutes sur ses capacités ou sur son honorabilité, elles n’envisageront pas de lui accorder un quelconque crédit. L’ensemble du profil de l’entrepreneur est passé au crible. Son historique peut par exemple avoir une incidence (positive ou négative) sur la confiance que la banque lui accorde.

Un manque de confiance de la banque envers le projet

L’entrepreneur peut très bien représenter son projet, et avoir monté un dossier en béton. Or, ce dernier doit intégrer des éléments stratégiques tels que la présence d’un réel besoin sur le marché ciblé, une rentabilité potentielle, des services et des produits validés dans le marché… Si une banque ne comprend pas le projet ou ne le voit pas aboutir, elle ne lui accordera pas sa confiance, et donc aucun financement. Les éléments apportés à la banque doivent être cohérents, mais aussi crédibles et argumentés pour la convaincre du potentiel du projet. Ce dernier doit offrir de réelles perspectives.

Des risques trop importants

Une banque qui prête des fonds à une entreprise le fera uniquement si le projet de l’entrepreneur est viable. Dans l’étude du projet, l’entrepreneur doit apprécier les risques que représente son investissement, et les présenter à la banque. Un projet portant sur un nouveau concept qui n’a pas encore été développé et validé par un marché risque fort de ne pas correspondre aux attentes de la banque. Les risques doivent donc demeurer raisonnables.

Une capacité de remboursement insuffisante

Comme pour les particuliers qui sollicitent un crédit, un entrepreneur qui n’est pas en mesure de rembourser son emprunt ne pourra pas en obtenir un. Le projet doit démontrer une capacité de remboursement suffisante. Pour cela, la banque préfère se baser sur les chiffres réels et à la régularité du cash flow. De plus, les banques accordent rarement des franchises de remboursement (période durant laquelle l’entreprise ne doit pas rembourser le crédit).

Un objet non finançable

Il arrive que les demandes de crédit soient rejetées en raison de l’absence de l’objet à financer du scope finançable de la banque. En effet, les banques interviennent le plus souvent pour financer des besoins liés au cycle d’exploitation, des besoins d’investissements tangibles… Certains aspects de l’entreprise ne peuvent pas faire l’objet d’un financement par une banque, comme le refinancement de crédits ou les ressources humaines, par exemple. Cela signifie donc qu’il faut bien choisir les objets qui seront financés par fonds propres, et ceux qui le seront par la banque.

Un apport propre qui ne suffit pas

Les banques attendent des entrepreneurs qu’ils financent une partie de leur projet par leurs propres moyens. En règle générale, cet apport personnel doit être de 20 % du montant total. Mais il s’agit là d’une donnée théorique. Plus l’entrepreneur investit son argent, et plus les risques sont limités pour la banque. De plus, cela démontre l’implication de l’entrepreneur dans son projet. Cette condition de refus ne concerne généralement que les projets « starter » : en phase de développement du projet, l’entreprise ou l’entrepreneur doit prendre une part du risque à sa charge.

La présence de déséquilibres financiers

La présence de déséquilibres financiers dans la structure de rentabilité ou la structure patrimoniale de l’entreprise peut porter atteinte au financement du projet. La banque va tenir compte de plusieurs indicateurs, comme la marge brute, la solvabilité, la liquidité, les besoins en fonds de roulement et le fonds de roulement, la valeur ajoutée, etc. Il n’est pas rare qu’une entreprise ne dispose pas des éléments de garantie nécessaires aux yeux des banques. Dans certains cas, la banque va demander des garanties privées, personnelles ou réelles. Dans l’idéal, il faut éviter de donner trop de garanties à une seule banque.

Une demande qui manque de rentabilité

Ces dernières années, les banques semblent avoir pris des mesures pour améliorer leur efficacité, ce qui peut se traduire par une plus grande volonté d’automatisation et de standardisation. Ainsi, les banques gèrent mieux le temps qu’elles accordent à chaque demande, afin de filtrer plus rapidement les dossiers qui leur sont exposés. Les éléments qui auront tendance à alourdir le processus de traitement du dossier ou qui vont demander des actions supplémentaires de la part des banques vont grandement influencer l’appréciation du dossier.

Des facteurs liés aux banques et à leur environnement

D’autres éléments peuvent influencer les décisions de la banque, telles que le contexte économique global, ainsi que celui du secteur bancaire. Le contexte de régulation du secteur peut aussi avoir une influence, comme des exigences plus importantes en fonction du niveau de solidité financière des établissements bancaires. Les banques doivent aussi se baser sur une application stricte des logiques fondamentales, et à la politique de risque en vigueur. Enfin, les banques doivent aussi se baser sur un processus décisionnel qui leur est propre.

Pour conclure

Pour convaincre la banque, l’entrepreneur doit élaborer un projet solide, cohérent et potentiellement rentable tout en proposant de solides garanties aux banques.

 

Votre Capital Immatériel représente 60 à 80 % de la valeur d’une entreprise et vos choix ne peuvent pas être éclairés sans une décision en connaissance de cause.

Intangible Capital Value met à disposition de ses clients un des meilleurs outils du marché qui vous ait donc rendu accessible rapidement et un ROI souvent immédiat.

Présentation: Geotrend présentation – YouTube

Accompagnement pilotage startup | My ICV (my-icv.com)

Articles en anglais du même auteur : Erwan Coatnoan de Kerdu, Author at Startup Info

 

Erwan COATNOAN DE KERDU est reconnu comme expert du Capital Immatériel, créateur d’Intangible Capital Value. Son expertise est à la fois pointue et internationale. Il a notamment été choisi pour diriger l’Office Européen de l’Intelligence Economique et l’Institut pour le Financement de la Recherche en France. En 2012, la région Ile-de-France lui demande de participer au schéma régional de l’Intelligence Economique pour protéger les TPE et le PME en France. Depuis 2015, l'agence ICV® évalue le potentiel de croissance des entreprises. Ses actions apportent de la transparence aux entreprises, aux investisseurs et aux entrepreneurs. Les innovations de demain ayant les plus forts potentiels sont valorisées et modélisées afin de soutenir les entreprises dans leur développement.

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter


Publicité

Top of the month