Connect with us

Ressources

10 astuces pour réussir sa cession d’entreprise

logo startup info

Publié

-

unnamed 17

Une très forte concurrence règne aujourd’hui sur le marché de la reprise d’entreprise. C’est plutôt une bonne nouvelle, car cela signifie que vous ne manquerez pas d’offres. Il sera toujours facile de trouver une personne en mesure de reprendre les actifs de votre entreprise. Toutefois, sachez que cette opération est encadrée par la loi sur de nombreux plans. Voici quelques-unes des astuces à connaitre pour réussir la cession de votre entreprise.

1. Jouer la carte de l’anticipation

Céder une entreprise peut être un processus plus ou moins important sur la durée. C’est pour cela qu’il est conseillé d’y consacrer assez de temps en amont pour ne pas faire trainer les choses. Par ailleurs, il faudrait prévoir à peu près :

  • Une période de 12 mois environ pour la transaction ;
  • Un accompagnement de quelques semaines à trois années ;
  • Etc

Tous ces détails dépendent des spécifications de l’entreprise bien entendu. L’idéal serait d’opter pour une cession d’entreprise avec Copilot pour que les délais soient courts et avantageux pour tout le monde. En tant que dirigeant de l’entreprise, il faudra prendre le temps qu’il faut pour bien préparer la cession. Déterminez les raisons pour lesquelles vous vendez votre entreprise, et les conditions dans lesquelles cela se fera.

2. Définir le cadre de la cession

Le vendeur a une pluralité de choix en ce qui concerne le cadre dans lequel la cession d’entreprise se fera. Comme ici, il faudra prendre le temps de choisir l’option la plus adaptée. Cette décision impactera de nombreux éléments comme :

  • Le prix de la cession ;
  • La fiscalité ;
  • Votre potentielle implication dans l’entreprise après l’opération.

Le plus souvent, les titres sont vendus immédiatement ou de façon continuelle. L’acheteur procède alors à la reprise de tous les actifs et passifs de l’entreprise. Une garantie les concernant est également fournie pour protéger le repreneur de tout préjudice qui pourrait survenir. Bien entendu, cela concerne tout fait antérieur à la cession et qui pourrait se révéler après la vente. L’autre possibilité est la vente du fonds de commerce, qui est concrètement la cession par l’entreprise de :

  • Tous les éléments corporels : matériel, outillage, mobilier, etc. ;
  • Tous les éléments incorporels : clientèle, contrats de travail, nom commercial, etc.

3. Trouver le moment idéal pour céder l’entreprise

unnamed 1 2

Comme démontré sur https://www.groupep.be/preparer-la-cession-de-son-entreprise/, le moment où vendre son entreprise compte également dans le processus. Vous aurez plus de chances de séduire le cessionnaire si l’activité se trouve dans un contexte économique favorable. Avec un chiffre d’affaires à la hausse, vous disposez d’arguments convaincants pour justifier de belles perspectives d’avenir.

C’est aussi le futur de l’entreprise que vous vendez, et il vaut mieux le savoir pour présenter les choses au mieux. Travaillez à rendre plus intéressants les indicateurs de performance de votre entreprise.

4. Diagnostiquer l’entreprise avant la cession

Vous devez avoir une vue claire des forces et faiblesses de l’entreprise que vous comptez céder. Pour cela, il n’y a rien de mieux que de réaliser un diagnostic bien fourni et complet. Il devra prendre en compte les axes suivants :

  • Un diagnostic opérationnel et organisationnel ;
  • Un audit comptable et financier de l’entreprise ;
  • Un état des lieux des moyens dont dispose l’entreprise ;
  • Un passage en revue des règles et lois auxquelles l’entreprise doit se soumettre ;
  • Etc.

Tous ces éléments permettront de rendre l’entreprise plus attractive aux yeux du repreneur. Il pourra ainsi connaitre ses forces, et anticiper sur les axes qui doivent l’être.

5. Se faire accompagner pour réussir la cession

Vous trouverez ici, de nombreux conseils à suivre pour réussir la cession de votre entreprise. Parmi eux, il est important de se faire accompagner par des spécialistes à savoir les cabinets de conseil. Vous bénéficiez ainsi d’un accompagnement particulier qui tient compte de votre secteur d’activités. Concrètement, il s’agit de toutes les phases pour transmettre l’entreprise depuis la préparation du dossier contenant :

  • L’évaluation financière ;
  • Le mémorandum de présentation ; jusqu’à la signature des documents de cession.

Vous êtes ainsi dégagé de ces tâches chronophages, ce qui permet de se concentrer sur l’expansion de vos activités. L’entreprise pourra ainsi développer ses performances pour que la vente se passe dans les meilleures conditions.

6. Bien déterminer la valeur de son entreprise

unnamed 2 4

Ce que vaut une entreprise dépend essentiellement des éléments suivants :

  • Son expertise ;
  • La valeur de ses actifs ;
  • La clientèle ;
  • Les états financiers ;
  • Les performances économiques ;
  • Etc.

Une valorisation pourra également être faite en fonction des liens qui existent avec les clients, partenaires et équipes en interne. Plus loin, la valeur d’une entreprise à céder tient compte de l’offre et de la demande à ce moment. En somme, il existe de nombreux facteurs externes qui peuvent jouer sur cette opération. Il faut être en mesure de justifier le prix en face d’un potentiel cessionnaire. C’est ce qui justifie d’ailleurs l’accompagnement par un cabinet-conseil.

7. Améliorer les finances de l’entreprise

Pour que la cession d’entreprise se déroule bien, il est possible d’améliorer sa rentabilité. Il faudra bien contrôler les frais généraux pour qu’une dépense de trop ne vienne pas compromettre les comptes. Voici quelques exemples qui pourraient se classer dans cette catégorie :

  • Le renouvellement du parc automobile ;
  • Les frais de sponsoring ;
  • La formation du personnel ;
  • Etc.

Les réglages nécessaires doivent être faits pour ne pas mettre à mal la cession de l’entreprise. En effet, les deux derniers exercices sont généralement passés en revue et ils ne doivent pas être contre-productifs. L’idéal serait aussi d’avoir une trésorerie excédentaire pour mettre en valeur l’entreprise.

8. Faire preuve de discrétion quant à la cession

La confidentialité doit d’une certaine façon entourer l’acte de cession de l’entreprise. Il faudra donc veiller à ce que des informations confidentielles ne se retrouvent pas sur la place publique. Les :

  • Concurrents ;
  • Fournisseurs ;
  • Salariés ; ne doivent pas en être informés pour que l’activité de l’entreprise continue de se dérouler normalement.

9. Faire preuve de patience

unnamed 3 2

Il vaut mieux prendre son temps pour réaliser une cession d’entreprise dans les règles de l’art. C‘est le meilleur moyen de préserver vos intérêts, et ne pas être défavorisé dans les négociations. Respectez donc les étapes à suivre dans le processus pour également être en conformité vis-à-vis de la loi.

10. Être en étroite collaboration avec le repreneur et assurer la transmission d’expertise

Le dirigeant aura toujours un rôle important à jouer dans la cession de son entreprise. Il doit aussi procéder à la transmission du savoir-faire, de même que les rapports de proximité avec les salariés. Cela s’applique aussi aux fournisseurs et clients de l’entreprise. Autrement dit, le cessionnaire peut avoir besoin d’un accompagnement sur plusieurs mois. Cette période de transition permet de se familiariser avec l’entreprise et sa manière d’agir.

 

We are a team of writers passionate about innovation and entrepreneur lifestyle. We are devoted to providing you the best insight into innovation trends and startups.

Publicité
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top of the month